Logo Cedias Bibliothèque
Vie sociale, n° 5 / 2014

Pratiques artistiques et intervention sociale

Les pratiques artistiques et culturelles dont on constate l’essor au cours des vingt dernières années sont désormais placées au cœur des métiers du travail social. Quelle est la place de l'art dans la société actuelle ? Quel est son impact sur la pensée et la pratique des travailleurs sociaux ? Sont évoqués : les pratiques pour et avec des publics empêchés ; l'impact de la prédominance du visuel favorisé par les médias ; les pratiques dites de « médiation culturelle ». En quoi ces pratiques constituent-elles un chemin d'accès à la culture partagée de manière plus équitable ? La « culture » est inhérente à l'être au monde de tout un chacun et, en cela, elle peut constituer un véritable levier pour un travail social fondé sur des valeurs de partage et de reconnaissance de l'altérité.

 

Consulter sur Cairn

Introduction. Question sociale, questions artistiques
John Ward

Cultiver la texture sociale, comprendre le potentiel social des droits culturels
Patrice Meyer-Bisch
[Résumé/Abstract]

Le rapport des travailleurs sociaux à l’art demeure plus culturel qu’artistique. Partant de ce constat, nous montrons que la dissolution de l’art dans le discours culturel est un obstacle à la compréhension de la spécificité de l’art, de son autonomie, de son opposition au social dont nous parle T. Adorno. Nous proposons au travail social d’investir le vaste domaine qui s’étend des connaissances sensibles à la science esthétique, et de l’adjoindre à son épistémologie en construction. Nous illustrons notre propos en décrivant deux actions menées avec des travailleurs sociaux en formation : la première qui mobilise les ressources de l’art contemporain pour soumettre à l’analyse les objets par lesquels passe l’intervention sociale, la seconde qui projette de renouveler la recherche par la prise en compte de formes visuelles du savoir.

Risks and riches of art in social workThe relation between social workers and art is more cultural than artistic. Taking this as their starting point, the authors show that when art is dissolved into cultural discourse this becomes an obstacle to understanding its specificity, its autonomous nature and to its opposition to the social arena (as shown by T. Adorno). The authors propose that social work should take into account the vast domain that covers the science of esthetics, and that it should bring it into its own field of epistemology now in the course of being constructed. This argument is illustrated by two actions with social workers in training courses. The first uses artistic resources to analyze objects that appear in social interventions. The second projects a renewal of research by taking into account visual forms of knowledge.

L'art comme pouvoir d'agir

Le Théâtre du Fil, un projet émancipateur de la jeunesse à l'épreuve des politiques publiques
Céline Fèvres
[Résumé/Abstract]

Le Théâtre du Fil, à l’articulation du travail social et du théâtre, est un lieu reconnu (trente-huit ans d’existence) dans le paysage du théâtre d’intervention sociale français. C’est une compagnie-école qui forme les « jeunes » de 16 à 35 ans aux métiers de l’animation et du théâtre. En s’appuyant sur le concept d’« empowerment à visée de transformation sociale », qui articule trois dimensions (individuelle, collective et politique), l’article a pour objet de mettre au jour l’importance des conditions institutionnelles dans la réussite de l’ambition émancipatrice du Théâtre du Fil. Ainsi, à travers une mise en perspective sociohistorique, nous envisagerons l’évolution du Théâtre du Fil au regard de quatre phases importantes : l’héritage social et culturel dont il est issu à travers la trajectoire sociale de Jacques Miquel (fondateur et actuel directeur) durant les années 1950-1960 ; ses racines et sa naissance dans les années 1970 ; son institutionnalisation progressive et son âge d’or des années 1981 à 1997 ; et enfin, sa mise à la marge progressive jusqu’à 2013. En prenant le parti de visiter l’histoire du Théâtre du Fil, l’article souhaite interroger les conditions de son devenir, dans une période de double fragilité : le déphasage avec les politiques publiques et le départ proche de ses garants et dépositaires, qui vont devoir passer le relais.

The Théâtre du Fil: an emancipatory project for youth face with public policy – The Théâtre du Fil has been working at the meeting point of social work and theatre for thirty-eight years. It is a troupe that trains “young” people (from 16 to 35) in the professions of community work and theatre. This article, based on the three dimensions of the concept of empowerment (individual, collective and political), shows the importance of the institutional conditions to the success of its ambitions. Four main phases can be distinguished in its socio-historical development: 1) the heritage from the nineteen fifties and sixties and of Jacques Miquel, its founder and current director, 2) its roots in the nineteen seventies, 3) its progressive institutionalization and golden age from 1981 to 1987 and, finally, 4) its marginalization that has taken place progressively until now. In adopting a historical approach, the article aims to raise questions about its future. The current period presents difficulties in two areas: disconnection with public policies and the imminent departure of the company’s cautions and historic figures who will need to pass their knowledge on.

La symbolisation au travail dans l'activité
Emmanuelle Begon, Philippe Mairesse
[Résumé/Abstract]

Les processus formels et informels d’adaptation et d’invention de l’activité de travail sont à l’œuvre en permanence au sein des entreprises. Alors que l’évaluation (des compétences, de la production) reste centrée sur des critères individuels et décontextualisés, ces processus et leur richesse demeurent invisibles aux yeux de la fonction rh, et non appropriés par les individus. Nous soulevons deux questions liées : si ces processus sont permanents, ne serait-ce pas qu’ils sont des conditions essentielles de la réalisation de l’activité, de l’engagement des collectifs et des individus, de création de valeur pour soi et pour l’organisation ? Et dans ce cas, comment le cadre organisationnel pourrait-il devenir support de ces processus et, ce faisant, permettre la réflexivité nécessaire à l’élaboration de l’identité professionnelle et de la construction des parcours ? À travers l’observation d’une expérience conduite au sein d’un chantier d’insertion, volontairement basée sur les ressources de la réflexivité et qui a mobilisé une action de symbolisation, à savoir celle de l’art, nous verrons l’importance de doter les individus et les organisations de moyens pour (se) penser dans l’activité et le collectif.

How labour is symbolized in work activity – Formal and informal processes of adaptation and inventiveness in work activity exist everywhere in enterprises. While evaluation of competency and of production is still decontextualised and based upon individual criteria, these creative processes remain invisible to human resource managers and are not integrated by individuals. This article raises two related questions: Are these processes permanent, an essential condition for realization of the activity, of engagement of groups and individuals, creation of value for one self and for the organization? If so, how can the organizational framework give a grounding to these processes and, while doing so, enable the necessary reflexivity to building professional identities and the construction of pathways. The authors observed an experimental project carried out in a social insertion site voluntarily based upon reflexive resources. This was an action based on artistic symbolization. It shows the importance of giving individuals and organization the means to think (and to think about themselves) in action and as a collectivity.

Les arts de la rue et les publics éloignés de la culture
Floriane Gaber
[Résumé/Abstract]

Dès leur émergence dans les années 1970, les arts de la rue se destinent (et sont destinés) à toucher « le plus grand nombre ». Ils relèvent, dès lors, la plupart du temps, des politiques de la ville qui visent à « réduire la fracture sociale ». Aujourd’hui, si les festivals de rue sont majoritairement fréquentés par des publics ayant de larges pratiques culturelles, d’autres dispositifs visent à inscrire l’action des artistes de rue dans la durée, au contact des habitants des territoires infusés.

Street art and people with poor access to cultural events – Street art emerged in the nineteen seventies. From its beginnings it aimed at reaching the greatest number of people possible. These actions are usually included in urban development policies aimed at reducing social inequalities. Today, although festivals of street art are frequented in the majority by a public largely involved in cultural activities, other projects aim at bringing artists action into contact with residents of the territories and ensuring their durability.

L'art et l'acte de formation

Les ateliers de création : une expérience à la croisée de l'esthétique et de l'altérité
Francis Loser
[Résumé/Abstract]

Cet article présente les résultats d’une observation participante effectuée au sein de trois ateliers de créativité : l’un se déroulant auprès de personnes ayant des troubles de dépendance à l’alcool ; un autre auprès de personnes âgées ; et enfin un troisième organisé par un centre social à Genève. L’analyse de ces observations est comparée à des théories issues de la philosophie, de l’anthropologie et de la sociologie, soulignant le rôle central de l’art dans l’expérience humaine. Hans Georg Gadamer soutient notamment que les espaces de créativité offrent une expérience signifiante au travers de l’entremêlement du geste, de la pensée et des émotions, conduisant les participants à éprouver pleinement leur humanité. Selon l’auteur, la médiation artistique pratiquée à travers ces ateliers, de par l’ouverture qu’elle favorise en termes de sensibilité et de lecture symbolique, vient renforcer l’esprit démocratique et le vivre ensemble.

Creation workshops: an experience between aesthetic approach and othernessThis article presents the result of a participatory observation study of three workshops : one for people with alcohol dependency problems, for elderly people and one for the general public organized by a social center, créAteliers at Geneva. Analysis of these experiences is compared to philosophical, anthropological and sociological theories about the central role of art. Hans Georg Gadamer’s philosophy in particular shows how creative spaces offer a significant existential experience brining gesture, thought and emotions together enabling participants to enjoy a fuller experience of their own humanity. Thinkers such as Gadamer, Winnicott and Huizinga see human’s capacity for play as being an essential part of the definition of human life. The observations related by the author confirm the precepts of these authors. By the widening of horizens that it produces in terms of sensibility and symbolic understanding, artistic mediation also reinforces the spirit of democracy and of living together.

Une approche par l'art dans la formation en animation socioculturelle
Claudia della Croce
[Résumé/Abstract]

Cet article propose une réflexion philosophique et pratique sur la notion de « médiation culturelle ». Partant d’une conception issue de la philosophie pragmatiste et s’inspirant d’auteurs tels que Spinoza et Deleuze, l’auteur montre que la sphère de la création est issue d’une continuité de l’expérience humaine qui dépasse et transcende celle de l’individu pris isolément. La médiation culturelle permet d’assurer cette dimension expérientielle fondamentale avec tous les publics, laissant au médiateur une place distincte de celle de l’artiste.

An approach based upon art for community work training – This article offers a philosophical and practical approach to “cultural mediation”. Founding her study on pragmatism and referring to philosophers such as Spinoza and Deleuze, the author shows how the field of artistic creation transcends that of the individual. Cultural mediation aims at sharing this fundamental dimension of human experience with as large a public as possible, placing the mediator in a specific role, distinct from that of the artist.

Art et éducation dans le travail social : les apports de la pédagogie de l'interstice
Stéphane Tessier
[Résumé/Abstract]

L’utilisation de l’art en éducation a fait l’objet d’une étude rétrospective sur trente années d’interventions auprès de publics le plus souvent en grande difficulté. Ce travail a permis de dégager un nouveau modèle appelé « pédagogie de l’interstice », qui mobilise imaginaire, croyance, affectivité, sensorialité, corporéité, émotion, appartenance, avec l’objectif de construire l’empowerment des participants, dans un cadre éthique bien déterminé. Ces différents éléments s’articulent selon un modèle dont la pertinence éducative dépasse le seul champ de la santé, permet de comprendre comment fonctionne la « boîte noire » de l’outil artistique et d’en redéfinir les modalités d’évaluation. Certaines conditions éthiques et postures pratiques mobilisées autour de l’intervention et pendant sa mise en œuvre sont incontournables.

Art and education in social work: what “interstitial pedagogy” offers – Mobilizing art in education has been the aim of a retrospective study on thirty years of interventions aimed at populations mostly suffering from socially deprivation. The analysis presented in this article defines a new model, “interstitial pedagogy” which mobilizes imaginary, beliefs, affectivity, sensoriality, corporeity, emotion and the feeling of belonging so as to empower the participants within a precise ethical framework. These different concepts set up together within a model going beyond the field of public health enables better understanding of mechanisms mobilized by the use of artistic tools and redefines their evaluation. This type of intervention requires a rigorous ethical protocol and a strong educationally orientated standpoint.

Politique de l'art : une politique du réel ?
Annie Chassagne
[Résumé/Abstract]

Ce texte relate l’histoire du festival de cinéma documentaire grand public « Traces de vies », né en 1991, à partir d’un centre de formation au travail social. Quelles sont les conditions d’émergence de la création artistique dans les secteurs du soin, du social et des institutions ? La richesse des signifiants qui circulent dans un lieu à la réflexion exigeante, la volonté de ce lieu de soutenir les initiatives atypiques et peu raisonnables peuvent permettre des croisements inédits. C’est l’occasion d’ébaucher une réflexion sur la notion de réel dans le champ cinématographique et pour l’art en général aujourd’hui.

Politics of Art: politics of reality? – This text relates the story of the festival of documentary cinema “Life Traces”, inaugurated in 1991 by a social work training center. What are the conditions enabling artistic creation to emerge in the health and social sectors and in institutions? In such a rigorous environment, the will to support atypical and unreasonable initiatives can facilitate unusual meetings coming from a rich source of significations. This article offers thoughts about the notion of reality in the field of cinematography and for art in general today.

L'art et le travail social

Le travail social au risque de l'art
Véronique Bayer, Didier Doumergue
[Résumé/Abstract]

En positionnant leur propos en relation à l’histoire de l’art et à la philosophie, les auteurs analysent leur pratique de formateurs auprès d’étudiants suivant un cursus supérieur en deis, invités à suivre un processus créatif. On constate que l’intérêt des travailleurs sociaux pour la sphère artistique dépasse de loin les pratiques artistiques dont ils font des activités d’éveil et de créativité. L’art leur apparaît de plus en plus dans sa complexité.

Living dangerously with art in social workWith reference to a corpus of writing in philosophy and the history of art, the authors offer an analysis of their work with master’s degree students who are invited to take part in a creative process. The authors note the interest manifested by social workers in the sphere of art and show how this is much more than a process of awareness. The students apprehend the full complexity of art.

Des voleurs d'enfants ? Une recherche sur les représentations de l'assistante sociale dans les médias
Elena Allegri
[Résumé/Abstract]

Cet article présente une recherche analytique à partir de vingt films et vingt et un romans, complétée par des entretiens semi-directifs, sur le thème de l’image des assistants de service social dans les médias. Cinq catégories de personnages ont été identifiées : les héros, les personnages positifs et négatifs, les ambivalents et les personnages neutres. Une majorité des caractères étudiés sont des femmes. Peu correspondent à l’image du héros et, contrairement aux attentes, peu véhiculent une image négative. À partir de la construction d’une typologie, l’auteure montre toute l’importance pour les travailleurs sociaux de prendre conscience des stéréotypes dont ils sont l’objet et de développer des stratégies pour influencer les médias.

Are they still child stealers? A study of representations of social workers in the mediaThis article presents a research study based on interviews and analysis of twenty films and twenty-one novels representative of the image of social workers in the media. Five categories of persona were identified: hero, positive image, negative image, neutral and ambivalent. Most figures studied were women. Very few characters were described as negative, contrary to expectations. There were also few “heroes”. The author has constructed a typology of these characters and shows why it is important that social workers develop strategies to influence media representations and to be aware of stereotypes perpetuated by them.

Les travailleurs sociaux à l'épreuve de la question artistique
Gérard Creux
[Résumé/Abstract]

À travers cet article, nous avons mis en avant un certain aspect des conduites artistiques des travailleurs sociaux. Dès lors qu’ils en font des usages dans le cadre de leur profession, deux éléments semblent particulièrement marquer les bénéfices symboliques qu’ils en tirent : en premier lieu, un espace de liberté dans leur travail et, en second lieu, une transformation des relations avec les usagers. Autrement dit, nous pouvons avancer que les pratiques artistiques contribuent, d’une part, à un réenchantement professionnel et, d’autre part, modifient les rapports avec les usagers dans la mesure où la part de la « distance » relationnelle diminue par un effet émotionnel partagé.

Social workers involved with questions about art – This article shows various aspects of social workers involvement with art. Two elements seem to be particularly important for the symbolic benefits enjoyed: they conquer new areas of freedom of action; relationships with service users are considerably modified. In other words, we can conclude that artistic practices contribute to a re enchantment of professional engagements and modify relations with service users by reducing the emotional distance with them through the effect of shared emotions.

« Portraits de Familles »
Perrine Bouhelier
[Résumé/Abstract]

Composée de 70 unions départementales, de 60 services d’aide à domicile et de 25 associations de familles monoparentales, la Confédération Syndicale des Familles a pour objectif de permettre aux familles, quelles que soient leur situation économique et sociale, leur situation juridique ou leur nationalité, de devenir actrices de leur propre vie, de leur environnement. Elle est principalement implantée...